///

_

Depuis les années 90, ils s'attachent à mettre en scène le réel avec lyrisme et humour. Leur dernier opus est conçu à partir des travaux de l'énigmatique dramaturge hongrois Emil Prokop. A t-il vraiment existé ou bien est-ce encore un coup de Système Castafiore qui s'amuse à créer de toute pièce un homme et son oeuvre ? En tout cas, à partir des notes et croquis du dramaturge pour son adaptation de The Ballad of the résonian people, Système Castafiore a imaginé "Protokol : Prokop". Tout en noir et blanc, on navigue dans une sorte de pièce de shakespeare ou bien dans un film de Welles, où les danseurs incarnent les personnages de la cour du roi Gravbek III en costumes et cagoules noires.

Tous ces éclats de noir mettent en valeur les différentes textures des matériaux utilisés, A la fois magique et inhabituel, un tulle en façade reçoit les images qui viennent agrémenter un univers visuel mêlant danse et images très plastiques(...). Le voyage est mystèrieusement énigmatique à l'image du monde : ce mélange fait qu'on pénétre dans un réseau très moderne, un internet théâtralisé. Les mouvements rapides des danseurs, les images folles, invraisemblables, burlesques aussi, se mélangent aux musiques baroques ou électro-sombres composées par Karl Biscuit et interprétées par l'ensemble vical Solisti Vocalis.

Au final, on a perdu tout reprère ; l'expérience visuelle renvoit à des réactions sensorielles. Ce langage non codifié a pourtant réussi à représenter notre réel, tout en s'approchant du domaine de l'inconscient".

Séverine Delrieu